Prélude aux aspirants mentors!


bloguewayne

 

 

 

 

 

 

Ne meurs pas avec ta musique à l’intérieur de toi! – Wayne W. Dyer (traduction libre)

 

 

Le mentorat!

Je rencontre beaucoup d’entrepreneurs dans mon rôle de coordonnatrice au mentorat.  Depuis seize ans maintenant, j’ai effectué quelques centaines de jumelages.  Des entrepreneurs, des créateurs, des inventeurs, des rêveurs… en bref, des gens qui désirent réaliser un objectif.  Il y a quelque chose à l’intérieur d’eux qui les poussent à vouloir aller plus loin.  Ces gens veulent être guidés dans leur voyage vers le succès!

Aujourd’hui, j’ai rencontré deux jeunes femmes désirant être les meilleures dans leur domaine. Elles souhaitent être reconnues! Elles veulent atteindre l’excellence!  Leurs yeux reflètent une passion alimentée par le feu de l’entrepreneuriat!  Ça vous rappelle quelqu’un?

Mon rôle consiste à trouver un mentor qui va croire en leur rêve! 

Un accompagnateur, un guide capable d’écoute consciente, sachant poser les bonnes questions afin que ces nouvelles entrepreneures puissent prendre de bonnes décisions, un mentor capable d’accomplir de la rétroaction (feedback) pour leur permettre une analyse objective.

Vous reconnaissez-vous dans ces entrepreneures en devenir?

Vous êtes passé par ce chemin, vous avez fait grandir votre entreprise et vous en êtes fier.  Peut-être avez-vous été aidé à vos débuts, peut-être est-ce à votre tour de donner, de faire du bénévolat économique?

 

Il y a plus de mille mentors au Québec qui encouragent la relève!

Prenez part à cette belle aventure! Soyez de ceux et celles qui font la différence!

Rendez-vous sur notre site www.mentoratdesmoulins.com, en bas de la page, il y a un formulaire du RéseauM à remplir.

Pour en savoir plus sur le rôle du mentor vos pouvez consulter l’article : Accompagner efficacement!

 

Suzanne Dauphin en collaboration avec Linda Henry

Le prix du bonheur !


renardJ’ai eu la chance et le privilège de côtoyer Marcel Lafrance.  D’être influencé par ce mentor des mentors au Québec.  C’est l’homme qui a inspiré le programme de mentorat pour entrepreneurs qui existe présentement, le Réseau M.

Je retiens beaucoup de choses de Marcel, une des plus puissantes, c’est l’importance des premiers contacts.  Je le cite « il faut accepter qu’il y ait une période de rodage ».

Marcel est un artiste,  son talent : créer des relations.  Sa profession, ingénieur de chantier naval.   Quand j’étais près de lui je me sentais écouté.  Je me sentais importante.  Je me sentais son amie.

Dans son livre Mentors recherchés*, il utilise le conte du Petit Prince pour nous parler de cette période de rodage, de l’importance de s’apprivoiser.

« Qu’est-ce que signifie apprivoisé? Demande le Petit Prince.

C’est une chose trop oubliée. Ca signifie créer des liens.  Tu n’es pour moi qu’un petit garçon semblable à cent mille petits garçons…

On ne connaît que les choses que l’on apprivoise. Dit le Renard. 

Les hommes n’ont plus le temps de rien connaître.

Que faut-il faire? Dit le Petit Prince.

Il faut être très patient. »

Vous connaissez tous ce conte de Saint-Exupéry alors,

  • Vous savez que chaque jour vous pourrez vous asseoir un plus peu près.
  • Vous savez à quelle heure vous habillez le cœur.
  • Vous savez que vous découvrirez le prix du bonheur.

Suzanne Dauphin

Coordonnatrice – Mentorat des Moulins

*Mentors recherchés, Marcel Lafrance, Les éditions de la Fondation de l’Entrepreneurship, 2002

Rencontre de 3 dragons!


 

Rencontre avec un mentor
Rencontre avec un mentor

Je ne vous parle pas de l’émission « Dans l’œil du dragon »,  je vous partage ma dernière lecture : « Rencontre avec un mentor ».  www.clubmentor.org

C’est un livre qui est écrit entre autres par un excellent formateur de mentors Pierre-Paul Gingras.  En première partie du livre, c’est  l’histoire de Ben qui se cherche un mentor pour l’aider à cheminer.  Après une première expérience décevante, il rencontre un super mentor.

Cette première partie se lit comme un roman, mais attention!  La deuxième partie analyse les éléments de succès dans une relation mentorale.

Et l’on y fait la découverte des 3 dragons qui peuvent saboter l’intention première du mentor, soit celle d’accompagner un mentoré vers ses objectifs.

Ne sommes-nous pas tous le mentor de quelqu’un?

J’ai découvert que je suis possédée par trois horribles bêtes à cornes qui agissent parfois juste avec une minuscule chatouille.

  • Être en relation, vouloir bien communiquer et accompagner l’autre demande que je prenne le temps de comprendre tous les éléments de la situation.  Prendre le temps, ce n’est pas sauter aux conclusions.  Le dragon de l’impulsivité me fait réagir vite!
  • Développer une relation, c’est aussi accepter que l’autre ait sa vérité.  Mon expérience ne fait pas de moi un dieu!  Le dragon de la toute puissance essaie de me faire croire que je possède la solution.
  • Faire évoluer une relation, c’est faire confiance.  Croire sans savoir  tout!  Croire sans vérifier tout.  Croire que ce que je fais, n’a pas besoin d’être remercié, approuvé.  Le dragon de l’orgueil veut me faire sentir importante et indispensable.

Par chance, le livre nous enseigne aussi comment les débusquer, les traquer et les chasser.

Bonne lecture et bon mentorat!

Un mentor ou une carte mentorale ?


Je vous propose de repenser à votre environnement mentoral.

Pourquoi penser qu’un seul mentor peut m’apporter la réussite?

Trop souvent on prend notre mentor pour un gourou.  On pense qu’il détient tous les secrets de notre succès.  On lui remet entre les mains tous nos problèmes, nos questionnements d’ordre professionnel ou personnel.

Les mentors sont là pour nous accompagner à franchir une étape de notre route vers notre but.

Je vous invite cette semaine à penser en terme de CARTE MENTORALE.

cartementorale

Allez, entourez-vous de gens qui vont vous propulser, vous supporter, vous conseiller, vous inspirer, vous confronter et vous dorloter !

Choisissez-les bien !  Prenez le temps de remplir cette carte.

Les vacances tirent à leur fin, vous préparez votre rentrée.

Ne reste plus qu’à planifier des petits déjeuners et des lunchs d’affaires.

Si vous avez besoin d’aide pour trouver certaines personnes de votre carte, demandez-moi, demandez à votre conseiller au CLDEM, à votre mentor.

N’oubliez pas « Aujourd’hui c’est le premier jour du reste de votre vie ».

La réussite ça se partage.

Suzanne

Inspiré par l’article de Kerry Ann Rockquemore, A new model of mentoring, que vous pouvez lire ici.

Être patient et transparent!


temps-billet

Ce n’est pas donné à tout le monde d’être patient.  La relation mentorale prend du temps.  Être en relation tout court prend du temps!

St-Exupéry nous l’a dit dans ce passage où le Petit Prince rencontre le renard pour la première fois et lui demande de jouer avec lui.  Le renard lui répond : « Je ne puis pas jouer avec toi, je ne suis pas apprivoisé ».

 

Développer une relation significative dans la vie demande de la patience et du temps.

Hier, j’officialisais un autre jumelage. Malheureusement je n’ai pas gardé de statistiques depuis 1999,  mais je suis certainement rendue ou très près de 300.  J’adore partager ce moment très intime et surtout très fébrile d’un début de relation.  Je pouvais ressentir la fragilité des deux personnes.

Comme coordonnatrice, j’essai premièrement de transférer la confiance que j’ai développée envers le mentor au mentoré.

Ensuite, je vois en détail comment faire des rencontres profitables (voir le blogue précédent : 5 conseils pour maximiser vos rencontres avec votre mentor.

Un incontournable conseil pour que ça marche :  Soyez transparent.   Marcel Lafrance, le mentor des mentors au Québec, parle de Striptease dans son livre « Mentors recherchés ».  « Solliciter son mentor, c’est premièrement l’informer pour qu’il puisse comprendre et juger avant d’aviser.  Personnellement, j’aurais beaucoup de difficultés à « guider » quelqu’un à partir de quiproquos.  Je me sentirais incapable d’interagir à partir de données incomplètes.  C’est très rare qu’une telle attitude ne soit pas comprise même si je dois convenir qu’un certain temps est parfois nécessaire pour que des barrières bloquant la communication se lèvent.  Si la suspicion ou la réserve persiste ou, pire, si des demi-vérités ou des dissimulations subsistent, je regrette… je ne peux jouer pleinement mon rôle de mentor ».

Vous avez le privilège d’avoir un mentor, profitez-en, soyez vrai et surtout donnez-vous du temps pour développer cette relation si unique et si précieuse.

Suzanne

Le pouvoir des mots.


L’allégorie de la grenouille (Auteur inconnu)

l'allégorie de la grenouille
Le pouvoir des mots, l’allégorie de la grenouille

 

Il était une fois une course de grenouilles.

L’objectif était d’arriver en haut d’une grande tour.
Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les soutenir.

La course commença.

 

En fait, les gens ne croyaient pas possible que les grenouilles atteignent la cime, et toutes les phrases que l’on entendit furent de ce genre :
« Quelle peine ! Elles n’y arriveront jamais ! »

 

Les grenouilles commencèrent à se résigner et elles perdaient de leur ardeur, sauf une qui continua de grimper avec la même fougue et les gens continuaient :
« Quelle peine ! Elles n’y arriveront jamais ! »

  Lire la suite de « Le pouvoir des mots. »

Un livre comme mentor !


Cappuccino-mentor

Dans son livre, A Mentor, A Novice and A Cup of Cappuccino, Subrat Padhi un entrepreneur à succès qui possède une multinationale à New Delhi et qui a 650 millions de revenu annuel nous partage des conseils.

L’auteur espère que son livre jouera un rôle de mentor pour vous, en faisant que votre parcours soit plus facile, plus rapide et plus plaisant.

Lire la suite de « Un livre comme mentor ! »

Des alliés pour jouer !


CC-mentorat

Qui sont tes amis, tes conseillers, tes mentors?

Toute personne qui a eu du succès a eu au moins deux mentors significatifs dans sa vie! Lire la suite de « Des alliés pour jouer ! »

Ça fait quoi un mentor au juste?


tulip2On dit que ce n’est pas un conseiller, ni un coach, ni un motivateur. Le mentor c’est un accompagnant!

Mais qu’est-ce que ça fait un accompagnant?  Ça écoute, ça pose des questions?

À entendre les témoignages des mentorés on dirait bien que c’est super puissant et transformant que d’avoir un mentor.

« Vous m’avez appris à me poser des questions sur ce qui pourrait être amélioré ou changé.  Prendre une situation à la fois et trouver la solution… une par une… » Extrait de S.P. recueilli lors de la soirée reconnaissance 2009

Pourquoi le mentor ne doit pas dire quoi faire?

Parce que ce n’est pas utile, parce que ce n’est pas la solution que le client a créée.

Il faut croire que le client possède la solution!

On dit que l’accompagnement par un mentor est efficace si cela est fait avec une approche Maïeutique. Méthode qu’employait Socrate et qui repose sur le questionnement et se propose d’amener un « client » à prendre conscience de ce qu’il sait, à l’exprimer et à le juger.

Ref :  http://web.hec.ca/airepme/images/File/2010/ST-JEAN-CIFEPME2010.pdf

Moi je pense que le mentor est efficace quand il accompagne avec engagement et amour.  Comme quand je prends soin de mes tulipes, régulièrement, doucement et avec amour.

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ?

Suzanne

La puissance de 4 questions ?


Les mentors, ces entrepreneurs qui ont eu du succès en affaires, se servent principalement de leurs expériences pour guider leur mentoré.  Ils regardent avec leur expérience, ils posent des questions avec leurs valeurs et font des suggestions selon leurs croyances.

C’est comme le sherpa qui guide l’alpiniste, il y a une bonne idée des capacités du grimpeur dès leur première rencontre, maintenant comment va-t-il faire pour l’amener jusqu’en haut?

C’est quoi les bonnes questions à poser ?

Dans les années 90, j’ai appris le coaching.  On m’a enseigné les quatre questions qui permettaient à mon client de prendre action pour améliorer sa situation.

1.       Tu peux décrire son objectif? Qu’est-ce que tu veux ?
2.       Parle-moi de la situation présente.
3.       Dis-moi ce qui manque.
4.       Maintenant qu’est-ce que tu vas faire ?

Et ensuite, on lui faisait prendre un engagement dans le temps pour atteindre son but.

Vous avez un bon sherpa qui vous accompagne au sommet ?

Suzanne